Skip to content

Vers une 6e République ?

Crise de la démocratie représentative. Sentiment d’incapacité à agir sur le réel. La société peine à se projeter dans un avenir enviable autant qu’elle aspire à un sursaut démocratique. Alors, faut-il adapter nos institutions à la demande politique et sociale ?

18 mars 2017 – place de la Bastille. Le mouvement France Insoumise invite à la marche pour la VI° République. Quelle sera-t-elle ? Et comment changer de constitution ? A cette question, plusieurs méthodes envisagées : loi constitutionnelle, référendum, assemblée constituante.

Mais dans les faits, l’actuelle constitution ne permet à aucun moment la participation citoyenne. Exclue du processus de décision, elle se limite à la seule consultation et désignation des représentants de la nation. « Dis-moi comment ta Constitution a été élaborée, je te dirai dans quel régime tu vis », écrit O. Duhamel.

De même qu’une hypothétique assemblée constituante pose problème dans sa composition. Démocratiquement élus, ses membres seraient-ils si différents de l’actuelle classe politique ? Cynique renouvellement. Et dans le cas où le constituant est tiré au sort, saurait-il se draper d’un éventuel « voile d’ignorance », s’évincer des influences et des conjonctures, tout en acquérant connaissances et compétences, pour délibérer justement ?

Enfin, si la révision constitutionnelle est placé au cœur de la présidentielle, son candidat saura-t-il échapper à la tentation du coup d’Etat permanent si dénoncé ?

Ide de mars 44 av. J-C – Sénat romain. César est assassiné. Les Césaricides n’étaient ni plus ni moins que des républicains désireux de protéger le régime de la menace que le dictateur représentait. Bien que l’acte fut exécuté avec un courage d’homme, il est pensé avec la cervelle d’un enfant car aucun n’envisage la suite des évènements. Et de la République on passa silencieusement à l’Empire. Assassiner un monarque républicain n’est donc pas sans risque. Et si fable c’était, elle pourrait se terminer ainsi :

« De celui-ci contentez-vous,
De peur d’en rencontrer un pire ».

Cinq républiques et une quinzaine de Constitutions plus tard, la France souhaiterait-elle une nouvelle révolution ? Ou poursuivre sa Révolution ? Et si, la réponse était : qu’importe la république, tant que le cadre démocratique se renouvelle en faveur des aspirations citoyennes.