Skip to content

Verdun sans Black M : l’honneur est sauf ?

La venue de Black M à la commémoration de la bataille de Verdun a finalement été annulée par Samuel Hazard, maire (PS) de la ville. Il a pitoyablement dénoncé « une polémique d’ampleur sans précédent » et n’a pas pu s’empêcher de placer un couplet sur le prétendu « déferlement de haine et de racisme ». De son côté, l’intéressé a publié un message sur Facebook, expliquant naïvement qu' »une polémique incompréhensible et inquiétante a malheureusement entraîné l’annulation de [sa] participation à cette manifestation ». La ministre de la culture parle d’un « ordre moral nauséabond » tandis que le secrétaire d’État aux anciens combattants a même déclaré : « C’est le début du totalitarisme et je dis que c’est vraiment le fascisme qui nous attend ». Le Monde va aussi dans ce sens, intitulant son article Comment la « fachosphère » a fait annulé le concert de Black M. En somme, [clickandtweet handle= » » hashtag= » » related= » » layout= » » position= » »]l’habituel rengaine contre-productive antifasciste et antiraciste[/clickandtweet]  (voir à ce sujet mon article : La dangereuse agonie de l’antiracisme).

Mais il suffit de voir les commentaires sur les réseaux sociaux, sur les sites d’information ou même sur la page Facebook du rappeur, pour comprendre que ce n’est pas que la « fachosphère » qui se réjouit de cette nouvelle.

Les habituels bien-pensants crient évidemment au racisme, mais il ne s’agit que de bon sens !

Premier grief reproché au rappeur : il a insulté la France quand il était membre du groupe de rap Sexion d’Assaut, la notamment traitant de « kouffar » (mécréant) dans la chanson Désolé. Mais en réalité, le problème n’est pas tant ses propos injurieux que sa promesse qu’ils allaient « s’amuser ». Maxime Tandonnet écrit dans Le Figaro Vox : « Peu importe que l’artiste invité à cette commémoration soit un chanteur de rap, de raï, de reggae, de rock, de hard rock, de variété française, de techno, de musique yéyé, bebop ou autre. C’est le principe même de l’amusement, du divertissement musical pour célébrer Verdun qui est blessant. »

Car ce qui est choquant et inadmissible, c’est ça :[clickandtweet handle= » » hashtag= » » related= » » layout= » » position= » »] la commémoration de Verdun n’a pas vocation à être amusante[/clickandtweet].

Replongeons-nous dans nos manuels d’histoire : Verdun, c’est la bataille la plus meurtrière, la plus longue de la Première Guerre Mondiale. En un an, ce sont des centaines de milliers de Français qui donnèrent leur vie pour la France. Mais l’attaque allemande fut finalement repoussée et la France vainquit. Le devoir de mémoire de ce carnage est essentiel. Par respect pour nos glorieux ancêtres. Mais également parce que dans l’époque troublé et pénible que nous vivons, alors que le terrorisme intérieur nous menace, que l’identité national est contestée et que plus rien ne semble lier les Français entre eux – si ce n’est la mémoire d’un hebdo insultant et blasphématoire -, Verdun est un exemple d’unité national et d’amour de la patrie.