Où est l’Europe ? Pas dans nos médias.

22 août 2016, sommet sur l’île de Ventotene entre les dirigeants des principales puissances de l’Union Européenne (UE); Angela Merkel; Matteo Renzi et François Hollande. L’enjeu était de donner une vision claire, une route vers laquelle l’Europe doit se diriger. Vu ainsi, l’événement semble important, silence toutefois dans les médias français.

Sans doute ont-ils pensé que la longue polémique du burkini et la candidature inattendue de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite posaient des questions plus urgentes. Ce traitement médiatique de l’information révèle la primauté de l’événement du jour sur les possibles événements du prochain siècle. En bref, il est essentiel de savoir quelles sont les tendances du dernier sondage. En revanche, réfléchir à la place qu’occuperont la France et L’Europe dans le monde du XXIème siècle est une question subalterne.

On comprend la tendance euroseptique qui grimpe dans l’opinion française. Ces derniers en effet ne peuvent qu’avoir l’impression de subir la politique des institutions européennes si nos médias et politiciens nationaux ne se font pas médiateurs des débats qui se déroulent en leur sein. Affirmer que l’UE est parfaite est une hérésie. Mais penser que la France, représentant 3,2% de la richesse mondiale pourrait défendre ses valeurs et son modèle économique face aux États-Unis, à la Chine, ou demain à l’Inde est une erreur. Aussi, le fait qu’il soit possible qu’aucun des pays européens ne soit membre du G8 d’ici 25 ans doit nous alerter.

Espérons qu’au cours des prochains mois, nos médias rendent visibles les événements politiques importants qui vont se jouer en Europe. (Élection présidentielle en Autriche; referendum liée à la politique d’immigration de l’UE en Hongrie; referendum constitutionnel en Italie). Espérons que les élections européennes de 2019 soient l’occasion pour qu’émerge un débat de fond au sujet de l’avenir de l’Europe, de ses problèmes et de ses enjeux. Espérons donc, même si l’observation actuelle nous invite au pessimisme.