g

Non-sélection de Benzema : une affaire aussi politique

Karim Benzema ira-t-il à l’Euro ? était la question qui alimentait le débat du petit monde footballistique ces dernières semaines. Du monde footballistique, mais pas que – Valls s’en était mêlé. Car l’affaire Benzema n’est pas une affaire sportive, elle dépasse bien ce cadre. Je pense qu’il est temps que les sportifs professionnels réalisent l’impact qu’ont leurs actes sur le grand public. Et c’est d’ailleurs pour cela que je me réjouis de la non-sélection de Karim Benzema en Equipe de France : pour une fois, la justice a triomphé. Savourons ensemble ces moments, si rares mais si jouissifs.

Oui, Benzema réalise une saison remarquable – dans l’un des meilleurs clubs d’Europe qui plus est. Seulement, dans l’affaire de la sextape, il est allé beaucoup trop loin. Rappelons brièvement des faits que L’Equipe a rappelé maints et maints fois : il aurait – le conditionnel est de mise car le jugement n’est pas encore rendu – exercé un chantage sur Valbuena pour un de ses proches amis qui détenait la sextape de l’ancien Marseillais.

C’est inadmissible.

Le chantage est un acte moralement abominable. Il est logique que Karim Benzema soit condamné – sportivement en attendant la sanction juridique. L’image qu’il donne de lui-même est dégradé, mais au fond, ce n’est pas le problème. Le plus grave dans cette affaire est bel et bien l’image de l’Equipe de France. Une équipe qui accueille un “voyou” dans ses rangs et qui prétend accéder au titre de champion d’Europe ? Le monde entier se rit de nous.

“La capacité des joueurs à œuvrer dans le sens de l’unité, au sein et autour du groupe, l’exemplarité et la préservation du groupe sont également prises en compte par l’ensemble des sélectionneurs de la Fédération.” Ce sont les mots de la FFF. L’exemplarité. Si il y a une chose qui manque cruellement à nos stars – du sport, du cinéma ou de la musique – c’est bien cela. Quand comprendront-ils qu’ils ont une capacité de nuisance – ou de rayonnement – colossale ?