Skip to content

N’attendons pas 2017 pour nous mobiliser

L’élection présidentielle approche et la défiance de l’opinion publique envers les responsables politiques n’a jamais été aussi grande : la popularité du président est au plus bas, la gauche s’enlise dans des indécisions tandis que Mélenchon avance seul et que le bloc réactionnaire multiplie les propositions dangereuses pour le pays. La plupart des votants en 2017 choisiront leur candidat par dépit plutôt que par réelle adhésion. Deux options s’offrent à nous : attendre patiemment la sentence qui tombera en mai, ou décider de changer les choses par nous-mêmes. Et si on se mobilisait ?

Ces dernières décennies ont vu la dépossession des citoyens de leur pouvoir politique par une élite politique et intellectuelle, comme si certaines questions étaient trop importantes pour les laisser à de simples citoyens. Une partie de ses fonctions politiques leur est donc soustraite, puisqu’on considère que chacun n’a pas la légitimité pour que son avis soit pris en compte. Mais c’est justement parce que certaines problématiques collectives sont cruciales que chacun doit être impliqué. En vérité, dans cette période difficile, l’appropriation de la démocratie par chacun est une solution incontournable.

Les organisations politiques classiques – partis et syndicats – ont longtemps tenu une place centrale, mais force est de constater qu’elles ne remplissent plus leur mission de véhiculer des changements au sein de la société. Le plus simple est peut-être de nous atteler nous-mêmes à défendre nos idéaux, sans attendre des solutions miraculeuses portées par des hommes providentiels qui n’arriveront jamais. S’engager pour le collectif, écrire, manifester, débattre ou tout simplement échanger : en bref, retourner aux racines de la démocratie pendant que ses représentants les plus nobles s’enferment dans une écœurante recherche du pouvoir. Soyons d’éternels révoltés : tant que la société dans laquelle nous vivons n’est pas celle dont nous rêvons, n’abandonnons pas la politique à ceux qui trahissent son sens profond et continuons à lutter.