Skip to content

Le mensonge à l’origine de tous les autres : le néolibéralisme

Post-vérité a été élu mot de l’année par le dictionnaire anglais Oxford. La post-vérité définit un contexte politique dans lequel « les faits objectifs comptent moins dans l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux croyances personnelles ». En France, les réactions à l’élection de D. Trump étaient unanimes : cette élection manifeste un vote de rejet. Mais un rejet de quoi exactement ? E. Macron, le banquier d’affaires sorti de l’ENA, accuse le système. M. Le Pen la poujadiste parle du peuple libre. Benoît Hamon précise : quand on ne protège pas le peuple, il se venge. Une ironie glaçante, quand on pense aux 4 à 5 millions d’électeurs de Trump qui vont perdre toute couverture maladie à la suite de la suppression de l’Obamacare : Trump le menteur a aussi menti aux personnes qui se sentaient, légitimement, dupés par le système.

Notre année est donc marquée par l’émergence, à une échelle massive, de la manipulation et du mensonge. Cela a pu se produire car le mensonge à grande échelle est déjà répandu depuis 30 ans, sous le masque du néolibéralisme. Comme toute idéologie dominante, il retourne le langage et se fait passer pour naturel voire théologique, comme le faisait remarquer Bernard Maris. Les économistes font partout des incantations à la confiance, expliquent tout et son contraire par la loi de l’offre et de la demande, « ce qui est du même tabac que ‘qui vivra verra ».

L’enfumage originel du néolibéralisme tient dans les fausses évidences qu’il a imposées, en décrétant que les questions économiques étaient déjà tranchées. Il empêche tout débat sur ces questions économiques qui sont aussi politiques. Faire croire qu’il n’y a aucun choix à faire et que la seule loi à suivre est celle du marché, voilà la post-vérité. Croissance, emploi, marché, monnaie, mondialisation, dette… Autant de sujets minés pour quiconque essayant d’apporter une vision alternative. 

Ces alternatives existent et il faut les diffuser, ce que je fais dans mes articles ici. Le très pédagogique Manuel d’économie Critique du Monde Diplomatique, ou les Mythologies économiques d’Eloi Laurent sont aussi de bonnes pistes pour commencer.