Skip to content

Mélenchon, l’utopie de la victoire

Le Grand Débat qui a réuni les onze candidats à la présidentielle sur BFMTV ce mardi a su faire briller Mélenchon face à un Fillon et une Marine Le Pen en proie aux tacles d’un Poutou affamé qui n’a fait qu’une bouchée de ces « grands candidats ». Le charismatique gauchiste a su ajuster le costume de la fonction présidentielle et même gagner la faveur de téléspectateurs qui ont décrété sa performance comme la plus convaincante de cette soirée animée.

Mélenchon, ronchon, mémesque, punchliner et même présidentiable ? Parmi les politiciens, journalistes et autres personnalités qui lui imploraient de s’éclipser derrière Benoît Hamon, rares sont ceux qui auraient ne serait-ce qu’envisager qu’il puisse finir en tête de la gauche dans les sondages. Tandis que la quatrième place lui est maintenant acquise, la médaille de bronze n’est plus une ambition déraisonnable et la troisième marche du podium, encore haute mais pas inaccessible. Mélenchon, nez à nez avec le second tour ?

Si la stratégie de miser sur une jeunesse armée intellectuellement qui affine sa vision de la politique via Youtube et les réseaux sociaux s’est avérée payante, Mélenchon doit encore convaincre tous les indécis et les potentiels abstentionnistes de tous les âges pour espérer figurer au second tour. Et parmi les indécis de gauche, les pragmatiques qui étaient prêts à se résigner à un vote utile macroniste pour faire barrage à la droite et à l’extrême droite. La stratégie du candidat PS de réduire drastiquement la promesse phare de sa campagne pour retenir des « soutiens » socialistes hésitants lui a été fatale. La trahison de Manuel Valls qui a déclaré être « En Marche » a achevé de remettre en cause le maintien de Benoît Hamon dans la course à l’Élysée. Ce dernier qui a même appelé Mélenchon à se rallier derrière lui comme un dernier cri au secours.

Le désistement de Benoît Hamon pourrait être le coup de théâtre le plus marquant dans l’histoire des courses présidentielles de la Vème République validant la prophétie auto-réalisatrice des sondages. Ce qui est certain, c’est que le second tour serait assuré au candidat de la France Insoumise. Quant à sa victoire…