Skip to content

La moralisation, en marche ?

Annoncée comme le premier acte du nouveau gouvernement, François Bayrou plancherait actuellement sur un projet de loi qui devrait être rendu public avant les élections législatives. Promesse faite au président du MoDem en échange du ralliement de celui-ci, Emmanuel Macron s’est également engagé auprès des citoyens qui sont une majorité à déplorer la corruption de leurs élus.

Il faut dire que la France a oscillé d’un excès à un autre, passant d’un laxisme affligeant en matière de moralisation – le reste de l’Europe a bien ri de nous avec l’affaire Fillon et au-delà de cette affaire, on peut citer celle du financement illégal du Front national – à une volonté d’intransigeance affirmée. C’est le sexagénaire René Dosière et ses quarante ans de mandats politiques au compteur qui a remis les propositions au nouveau Ministre de la Justice. On a vu plus crédible en avocat du renouvellement politique.

Sur la question de la limitation du cumul de mandats dans le temps, celui-ci voudrait limiter à trois le nombre de mandats successifs. Si cette mesure avait été appliquée durant ces élections législatives, c’est plus de deux-cent députés qui n’auraient pas pu se représenter dont une majorité d’élus républicains. On comprend mieux la position de Fillon et l’on peut se demander s’il ne s’agit pas d’un coup politique de la part de Emmanuel Macron dans l’optique d’une réélection en 2022.

Quid de la prévention des conflits d’intérêts quand le Premier ministre est un ancien salarié d’Areva, multinationale œuvrant dans le nucléaire et la ministre de la Santé, une femme ayant déjà défendu les conflits d’intérêts entre les médecins et les laboratoires pharmaceutiques ? L’interdiction de l’exercice d’activités de conseil en parallèle d’un mandat politique est-elle suffisante ?

Quant à la fiscalisation de l’Indemnisation Représentative de Frais de Mandat (IRFM) comme un complément de revenu, on peut souligner, qu’en doublant leur indemnité, elle risquerait de donner raison à tous les parlementaires ayant dépensé une somme publique qui ne leur était pas destinée. Moralisation ou déculpabilisation, la frontière semble en tout cas, ténue.