Jorge Gals, vice-président équatorien en prison : rassemblement au Mur de la Paix

Dimanche dernier eut lieu un rassemblement en soutien à cet homme politique équatorien incarcéré depuis près de 4 mois. Jorge Gals fut tour-à-tour vice-président de Correa puis de Moreno, nouvellement élu en 2017. Accusé de corruption, quelques militants étaient présents pour dénoncer un acte à l’encontre de la politique socialiste menée en équateur depuis 2007 par Rafael Correa. Quelques brèves d’une discussion avec l’un d’eux :

« L’ancien président socialiste, Rafael Correa, a fini son mandat. Et maintenant le vice-président qui était avec lui est accusé de corruption. Il avait été réélu avec le nouveau président, Lenin Moreno, mais celui-ci à viré à droite. »

« Rafael Correa appartenait à un parti qui s’appelle « Alianza País ». Lenin Moreno aussi. Mais quand il est arrivé au pouvoir, il a trahi et il l’a dégagé, disant que Correa était un corrompu. »

« Rafael Correa a travaillé pour changer la mentalité des Équatorien. C’est quelqu’un qui a changé l’Équateur, complètement. C’était un grand socialiste et il a aussi fait cette union « bolivarienne ». Mais maintenant que Chavez est parti, c’est finis les grands projets. »

« Il ne reste plus qu’un pays socialiste maintenant : la Bolivie. Tous les autres ont viré à droite : l’Argentine, le Pérou et au Venezuela c’est la guerre économique, qu’imposent les Américains. »

« Il y a toujours le poids des Américains. Les États-Unis ne renonceront jamais à empêcher qu’une autre puissance européenne vienne prendre possession de l’Amérique du Sud. Nous nous sommes l’Argentine, le Chili, l’Équateur, le Pérou, la Colombie, le Brésil, l’Uruguay, le Paraguay, plus de dix pays : c’est un grand continent. Mais nous sommes toujours en désaccord idéologique, il n’y a pas d’unité. Il y a des gouvernements de droite, de gauche, et cela n’est plus possible. »

« Mais je pense qu’un jour les États-Unis tomberont comme est tombé Rome. Rome a conquis toute l’Europe, ce fut une grande puissance et à la fin, il n’en resta rien. Je pense que les États-Unis tomberont. »

« Il y a des personnes qui sont convaincu de comment faire au mieux. Mais quand l’argent rentre, cela change tellement les idées. Et c’est comme ça que les gens ne vont jamais jusqu’au bout. Dès lors qu’ils se remplisse les poches, finit la révolution. »