Skip to content

Et si les déserts reverdissaient ?

Parfois, l’actualité nous réserve de belles surprises. Et dans le climat français actuel, j’aurai mauvaise grâce de ne pas partager cette lueur d’espoir. Pour certains ce sera juste l’évocation d’un procédé qui a déjà 20 ans d’existence, mais pour tous les autres, cela permettra d’envisager le futur différemment. Et cerise sur le gâteau, de s’apercevoir qu’il y a des gens dont l’âme n’est pas à vendre.

C’est l’histoire d’un homme Philippe Ouaki Di Giorno, plus connu sous PODG, qui s’est intéressé au vivant et aux végétaux principalement. Il a commencé par créer des plantoïdes. Ça semble barbare comme néologisme, mais l’idée est plutôt sympa, je vous laisse la découvrir en suivant le lien. Mais l’invention la plus géniale de PODG est le Polyter. C’est un rétenteur classique, mais entièrement biodégradable, et qui contient tous les éléments nutritifs nécessaires à la plante. La masse du  système racinaire de la plante est multipliée par 5, et grâce ultime, il s’agrège avec les racines pour ne plus faire qu’un.

Normalement, on perd jusqu’à 90% de l’eau lors d’un arrosage classique. Ici, le rapport s’inverse, c’est plus de 90 % de l’eau apportée qui est utile. Et comme le Polyter contient des nutriments, la plante utilise ce dont elle a besoin, quand elle en a besoin. Le type est génial et je vous invite à regarder sa vidéo dans « Folie passagère ».

La, où cet homme devient vraiment unique c’est qu’il refuse de vendre sa technologie à une entreprise, car il veut rester propriétaire de ses brevets de manière à ce qu’aucune industrie ne confisque sa découverte pour son seul profit. Cela fait des années qu’il pourrait vivre comme un nabab, mais il préfère lutter pour que son invention profite à l’humanité plutôt qu’à quelques-uns.

Ce qui est navrant, c’est que les gouvernements, et en particulier le nôtre (il a été félicité par Mme Guigou en 1991), sont parfaitement informés de son invention, mais qu’aucun n’a osé prendre cette invention à son compte pour produire ce Polyter de manière désintéressée.

Alors, je lance idée qui vaut ce qu’elle vaut. Et si des citoyens du monde investissaient quelques euros, sans rien attendre en retour pour financer la diffusion à grande échelle de son produit ? Puisqu’il ne faut pas compter sur la philanthropie des Etats, pas plus que sur celles des grandes industries comme Monsanto, qui dépensent des milliards pour nous empoisonner la vie, prenons les choses en main ! Le crowdfunding est plutôt un truc qui marche bien, alors rêvons un peu ! Pour qu’un rêve devienne réalité, il faut commencer par rêver !

PS : pour aller plus loin, et pour s’engager, jeter un coup d’œil sur le projet Shamengo ! Le site internet de PODG date de 2003 et du siècle dernier en matière de design. Ça vaudrait peut-être le coup qu’un lecteur motivé et qui est dans le métier prenne contact pour voir ce qui est possible de faire. C’est une suggestion.