Skip to content

Entretien avec les réalisateurs du film « J’ai pas voté »

Face caméra pour Moïse Courilleau et écrit pour Morgan Zahnd :

Parlez-nous de votre projet ?

[Morgan Zahnd] : Le but était de rendre attrayantes des thématiques qui peuvent parfois être un peu J'ai pas votépompeuses. « J’ai pas voté » parle de la démocratie de manière engagé, informatif et avec une petite touche de bonne humeur. C’était l’objectif de départ. Mais avec un budget avoisinant zéro je pense que nous sommes contents du résultat. Et tout ça, grâce aux amis qui ont largement participé.

Comment pensez-vous que nous sortirons de cette crise politique ?

[Morgan ZAHND] : C’est plus qu’une crise politique, c’est une crise économique, où l’élection est le placebo démocratique du capitalisme. Ce sont les classes dominantes qui dictent les règles constitutionnelles. On a pu l’observer avec le referendum sur l’Europe de 2005 et actuellement avec l’utilisation excessive du 49.3 en ce qui concerne la loi travail. Ils font ce qu’ils veulent ! Le système électif est complètement inefficace pour mener une politique au service de l’intérêt général. Pour sortir de cette crise il faut déjà être conscient que l’élection présidentielle n’est qu’un business médiatique équivalant à une compétition sportive. Il n’y a aucun enjeu dans cette élection pour les citoyens car le système est corrompu de fait, par son fonctionnement.

  • Voter sur des promesses
  • Voter pour une personnalité
  • Voter alors que les principaux médias sont détenus par des banques et des groupes industriels.

Pour sortir de cette crise il faut sensibiliser sur pourquoi la 5eme république n’aura aucun effet positif sur notre vie. Le système actuel accouchera peut-être d’avancées sociales, mais seulement pour calmer les ardeurs révolutionnaires.
Comme
le revenu de base qui est en discussion en ce moment dans les hautes sphères politiques et économiques. Certes en tant que militant je suis content que ces thématiques prennent de l’ampleur. Mais si un tel changement est négocié dans notre « démocratie » actuelle, nous y perdrons. Nos droits seront dilapidés sous prétexte qu’un revenu est versé à tous les citoyens. 
Mais, en opposition au côté archaïque de la politique médiatique, beaucoup d’initiatives apparaissent. Et bien souvent la solution se trouve dans une démarche locale. Comme par exemple à Saillans (Drôme) où un groupe de citoyens a remporté les élections municipales, en créant un fonctionnement participatif. Ces habitants ont inventé un nouvel organigramme où les citoyens décident de la politique et les élus organisent ce processus. Cette aventure est contée
ici ou dans cette vidéo par Tristan Rachid, l’un des protagonistes. Je pense que pour sortir de cette crise il faut ignorer le système actuel et créer de manière indépendante et locale nos alternatives. D’ailleurs à Montpelier, un guide dédié aux alternatives existe. Il permet à chacun de participer soit par son mode de consommation, soit par son implication au changement de la vie citoyenne.

Et pour aller vers quoi ?

[Morgan Zahnd] : Vers un fonctionnement horizontal où la politique sera le nouveau vecteur de socialisations et de partage d’idées. Le but est d’aménager la vie ou chaque citoyen peut participer aux décisions politiques locales ou nationales par le biais par exemple de conférence de citoyenNous allons vers une politique qui ne sera plus une expertise professionnelle mais une légitimité incorporée à l’ADN de chaque citoyen. L’école jouera son vrai rôle, qui est d’éduquer à l’organisation collective, pour ensemble créer des projets d’émancipation. Cette démarche a pour but de rendre le pouvoir à l’ensemble des habitants. D’installer une démocratie protectrice envers les citoyens face à une minorité qui exploite la majorité à des fins spéculatives. Mon souhait est qu’il y ait un désintérêt maximum dans cette élection qui ne représente qu’un spectacle médiatique. Les seuls gagnants seront les marchands d’informations en route vers la peoplelisation de la politique et des débats caricaturaux sur la sécurité, les migrants, la sécurité, le chômage, la sécurité… Le boycott sera donc comme depuis longtemps mon comportement vis-à-vis de cette échéance. Chacun décidera s’il veut participer à cet événement mais je resterai pour ma part abstentionniste. Et même si le FN est au deuxième tour, je ne choisirai pas le ralliement au « Front Républicain ». Car le FN se pliera comme tous les autres aux forces économiques. Donc le chiffre de l’abstention est le seul résultat que je regarderai.

Optimiste pour notre avenir politique ?

[Morgan Zahnd] : Complètement, car être militant le moral dans les chaussettes, c’est pas possible ! On devient vite désagréable je pense. Et j’ai vu pendant Nuit Debout et les manifestations contre la Loi Travail les 14 – 30 ans, sur-motivés et très impliqués dans les thématiques démocratiques.
Dans les manifestations, l’opposition n’était pas seulement contre la loi travail mais contre les politiques actuelles et contre les répressions policières. Clairement la reforme est devenu un prétexte pour combattre l’ensemble des problèmes politique et économique. Donc oui optimiste et admiratif également de tous ceux qui créent des initiatives locales de tous genres : alimentations, monnaies locales, éducations populaires, médias indépendants, blogs, etc.

Vous êtes pour le tirage au sort, 3 raisons pour nous convaincre ?

[Morgan Zahnd] : Le tirage au sort est évoqué dans « j’ai pas voté » car c’est l’un des dispositifs nécessaires pour permettre une prise de décision en dehors des puissants lobbys, des professionnels de la politique et des manipulations diverses. C’est un moyen de faire participer les citoyens, donc d’avoir une fonction sociale en terme de rencontres et d’échange d’expériences.
Il a aussi une fonction éducative car le tirage au sort est un dispositif ou les citoyens sont formés aux thématiques débattues. Donc un accès au savoir pour les personnes tirées au sort. Il y a également sa mise en place. Le tirage au sort regroupe beaucoup de points communs avec les jurés d’assises qui perdurent depuis des années. Donc le système existe déjà, il n’y a qu’à l’instituer dans le domaine politique. Pour finir, plusieurs exemples montrent que les citoyens sont compétents pour accomplir cette participation citoyenne. De nombreuses initiatives existent déjà et se révèlent concluantes, malheureusement les résultats ne sont jamais pris en compte par l’assemblée nationale.
Plus de détaille ici.

Un prochain documentaire est-il prévu ?

[Morgan Zahnd] : Il était prévu « la fabrique de l’émotion », décryptage scientifique et médiatique de l’instrumentalisation des attentats terroristes, la forme mélangeait le documentaire et la fiction, mais nous n’avons pas trouvé de soutien. Tant pis, on milite autrement que par la vidéo !
Mais je me dis qu’un jour, je ferais bien un film pour les 1% les plus riches, l’idée de faire une vidéo pour les personnes les moins nombreuses mais les plus puissantes. C’est peut-être le moyen de sensibilisation le plus efficace !

Le film :